lundi, 06 avril 2015 11:06

L'après Yvan...

Écrit par  Marie Aillaud
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Après la mort d’Yvan qui m’a complètement « cassée », j’ai perdu mon enthousiasme, j’ai décidé de ne pas le remplacer et d’abandonner progressivement l’élevage. Ça n’a pas été facile, un vrai crève-cœur, mais… finalement, je ne regrette rien. Yvan von Ramenka Quant à l’avenir du Bleu Russe, j’espère qu’il restera ce qu’il est : élégant, clair, bleu et à poils courts ! Pour ce qui est du mariage poils courts, poils longs, il ne profite qu’aux poils longs et j’espère que « mon » Bleu n’y laissera pas ses poils ! Il faudra cinquante ans pour le savoir et je ne serai plus là.

Organza

<

Il ne faudrait pas qu’il devienne un animal de laboratoire !

Le monde du chat devient fou. Tout ça me bouleverse au plus profond de moi-même. Si j’avais su ce qu’il en adviendrait, j’aurais laissé le Bleu Russe dans l’ombre : n’oublions pas qu’il n’y avait qu’un Bleu Russe en France en 1980.

Et le Bleu, dans tout ça, qu’est-ce qu’il en pense ? Aujourd’hui, j’ai cinq Bleu Russe : Othalina et Organza, deux mémères de douze ans et demi, Satia et Shirel, neuf ans, et Talisker, le petit dernier âgé de sept ans. Tout ce petit monde stérilisé coule des jours heureux et c’est très bien comme ça. Au gré des saisons, ils profitent du jardin et du confort de la maison.

Sachez quand même que j’ai vécu de grands moments avec mes chats, que je n’ai jamais lâché mon bâton de pélerin. Je compte sur les inconditionnels du Bleu Russe pour poursuivre une route certes jalonnée de difficultés, mais passionnante.

Organza 1

Vive le Bleu Russe, longue vie à lui. Puissent mes mots, venant du cœur, ne froisser personne !

Lu 1011 fois
Plus dans cette catégorie : Batou, le rescapé »
Connectez-vous pour commenter