lundi, 06 avril 2015 15:50

Arsène de Tireby

Écrit par  Alfredo Fernandez
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Avertissement : ce texte raconte l’histoire d’une rencontre entre un grand enfant et une petite boule d’amour née il y a un an et demi.

Lecteur, je te demande de l’indulgence, car si l’amour est intense comme le vert et profond comme le bleu, il est difficile de l’emprisonner dans une page blanche. Oublie donc les mots, efface les lignes et laisse-toi emporter par les élans de ton coeur. Lâche la bride à ton imagination et redeviens un enfant. Alors la magie opèrera et nous serons unis par la même passion.

Il était une fois, tout près des Pyrénées, un village enchanté où vivait un peuple de chats. Ils avaient élu domicile dans une belle demeure plantée au milieu des fleurs et d’une végétation luxuriante. Le soleil baignait ce paradis de ses rayons généreux. La maîtresse des lieux, dame Marie, entourait ses petits chats de son amour, allant de l’un à l’autre, ne négligant personne. C’était un vrai bonheur de voir ce petit monde si plein de vie. L’endroit répondait au nom mystérieux de Tireby.

C’est là que par une belle journée d’été naquit un petit prince.

Aussitôt la nouvelle connue, je me précipitai pour lui rendre hommage. Quel ne fut pas mon bonheur en découvrant ce petit être, je ne pourrais vous le dire, tant mon coeur battait fort.

Cependant, alors que j’étais là, à genoux, une certitude s’imposait : je l’aimerai toute ma vie. Mais il fallut attendre… attendre… trois longs mois. Combien de voyages vers Tireby! Je ne vivais plus que pour lui.

Or, un jour, après mille péripéties le petit prince arriva dans son futur royaume. Ce ne fut pas facile de passer de prince à roi. Il lui fallut tout apprendre, tout découvrir, livrer mille et une batailles avant de dire son “miaou”.

Pourtant il sortit vainqueur de toutes les épreuves. Quand je pense à tout ce parcours, je me demande ce que je suis réellement pour lui.

Mais lorsque son regard d’émeraude croise le mien et s’attarde à me contempler, je sais que j’ai enfin trouvé le compagnon tant recherché.

Arsene arabesqueGC

Lu 1036 fois
Connectez-vous pour commenter