lundi, 06 avril 2015 08:54

Nos chats menacés par les insecticides

Écrit par  Monique Rogier et Lionel Maugain
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La perméthrine, une substance que l’on trouve dans de nombreux insecticides ménagers, des produits pour le jardin, mais aussi des antiparasitaires pour chiens, peut rendre malades nos chats, et même les tuer.

« Vanilla est allée à sa gamelle, puis elle est revenue en titubant avant de s’écrouler ». Transportée chez le vétérinaire, elle tombe dans le coma le lendemain malgré les soins prodigués pour traiter les symptômes… Deux jours plus tard, Jupiter, l’autre chat de la maison, décédera à son tour. Les propriétaires de ces deux chats venaient de traiter les parquets 48 heures plus tôt.

Cette substance contenue dans de nombreux produits est destinée à éradiquer les fourmis, moustiques, mouches, poux, puces, cafards, etc. Elle se présente sous formes de spray, de fumigène, de pulvérisateur ou en poudre

Les formes cachée de la perméthrine

La perméthrine et ses sœurs de la famille des pyréthrinoïdes (dont le nom finit aussi par thrine), sont utilisées par les professionnels en épandage ou vaporisation pour la destruction des nids de guêpes, de fourmis, etc. On la trouve aussi dans des médicaments sous la forme de pommade ou de shampooing pour éradiquer la gale et les poux chez les enfants.

En usage vétérinaire, cette substance est administrée en spray ou en pipettes sur les chiens pour les débarrasser de leurs puces et tiques. Mais gare au chat qui traîne dans les parages !

Les scientifiques connaissent l’effet de cette substance sur les poissons et les batraciens, mais les conséquences très néfastes sur les chats ne sont connues que depuis peu. Cette substance provoque convulsions, hyperthermie, hypersalivation, pertes d’équilibre, vomissements, diarrhée, anorexie et quelquefois des troubles cardio-vasculaires.

Le fabricant du produit à l’origine du décès de Vanilla et Jupiter, contacté, n’entend pas utiliser un autre composant : « il est quasi exclusivement fabriqué en Inde et ne coûte que 4 à 5 euros le litre, alors qu’un produit de substitution sera moins efficace et coûtera 7 à 8 euros ».

Dans un quart des cas, l’intoxication résulte d’un contact proche et prolongé avec un chien récemment traité. Certains chats semblent intoxiqués avec une dose légère alors que d’autres supportent le produit concentré sans problèmes.

En conclusion, soit nous éloignons pour quelques temps nos minous d’une zone traitée, soit nous utilisons des produits bio.

(Rédigé à partir d’un article paru dans 6o millions de consommateurs, juin 2013)
Lu 1106 fois
Connectez-vous pour commenter